Méditation – session du Comité de Coordination

juillet 2009 à Hoddesdon, Angleterre

Avant chaque session du Comité de Coordination d’Andante (CoCoA), la présidente demande un des membres du Comité de préparer une courte méditation/prière à lire et à être écoutée avant de commencer le ‘vrai’ travail. A la dernière session Andrea Kett avait préparé une méditation sur la rencontre de Marie et Elisabeth.

“Il y a une dizaine de jours, le 2 juillet, nous avons célébré la Visitation, la rencontre de Marie et Elisabeth. Dans le récit de Luc (1,39-56) nous lisons:

39En ce temps-là, Marie partit en hâte pour se rendre dans le haut pays, dans une ville de Juda. 40Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Elisabeth. 4Or, lorsqu’ Elisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant bondit dans son sein et Elisabeth fut remplie du Saint Esprit. 4Elle poussa un grand cri et dit: “Tu es bénie plus que toutes les femmes, béni aussi est le fruit de ton sein! 43Comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur? 44Car lorsque ta salutation a retenti à mes oreilles, voici que l’enfant a bondi d’allégresse en mon sein. 45Bienheureuse celle qui a cru: ce qui lui a été dit de la part du Seigneur s’accomplira!” (…) 56Marie demeura avec Elisabeth environ trois mois, puis elle retourna chez elle.

Voilà deux femmes qui se rencontrent. Bien qu’elles soient de la même famille, elles ne se voient pas souvent car elles habitent dans des régions différentes. Et elles sont aussi, différentes: Elisabeth est déjà vieille quand elle devient enceinte après avoir attendu toute sa vie la venue d’un enfant. De l’autre côté, Marie est très jeune, même pas encore mariée quand elle a appris de l’ange Gabriel qu’elle allait devenir la mère du Fils de Dieu. Ce qui rapproche ces deux femmes si différentes, c’est la promesse de l’ange qu’elles vont donner naissance à un enfant qui jouera un rôle important dans le monde: l’un sera le Sauveur, le Messie, Jésus le Christ, l’autre sera son précurseur, celui qui proclamera la venue du premier, «celui dont je ne suis même pas digne de défaire la courroie de ses sandales» (Lc 3,16).

Je me suis souvent demandée pourquoi Marie, pendant sa grossesse, a décidé de faire un voyage si exténuant. Pourquoi voulait-elle à tout prix voir Elisabeth, sa parente, elle aussi enceinte? Mis à part les arguments théologiques, je pense que l’une des raisons importantes est qu’elle voulait la rencontrer parce qu’elle était une femme dans la même situation qu’elle. Elle souhaitait partager son expérience, ses joies et ses peurs. Elle pressentait que toutes les deux pouvaient profiter et apprendre l’une de l’autre.
C’est la même intention qui nous rassemble au sein d’andante. Nous souhaitons offrir aux femmes de différents pays, de différentes cultures, générations et situations de vie, la possibilité de se rencontrer, de venir ensemble pour partager leurs expériences, pour apprendre les unes des autres et apprendre ensemble.
Marie et Elisabeth sont guidées et remplies de l’Esprit Saint. Elles ont pu le ressentir physiquement par les mouvements de leur bébé dans leur utérus et elles l’ont exprimé par des paroles qui sont devenues célèbres. Elisabeth avec des mots qui nous ont été transmis par la première phrase du ‘Je vous salue Marie’:

Bénie sois-tu entre toutes les femmes et le fruit de tes entrailles est béni.

Et Marie dans le chant très touchant de la prière du Magnificat:

46Alors Marie dit: “Mon âme exalte le Seigneur
47et mon esprit s’est rempli d’allégresse à cause de Dieu, mon Sauveur,
48parce qu’il a porté son regard sur son humble servante.
Oui, désormais, toutes les générations me proclameront bienheureuse,
49parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses:
Saint est son Nom.
50Sa bonté s’étend de génération en génération sur ceux qui le craignent.
51Il est intervenu de toute la force de son bras;
il a dispersé les hommes à la pensée orgueilleuse;
52il a jeté les puissants à bas de leurs trônes et il a élevé les humble ;
53les affamés, il les a comblés de biens et les riches,
il les a renvoyés les mains vides.
54Il est venu en aide à Israël son serviteur en souvenir de sa bonté,

55comme il l’avait dit à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa descendance pour toujours.

Prions aujourd’hui pour que nous, Comité de coordination d’andante et toutes les femmes qui viendront nous rejoindre pour l’université d’été, nous marchions et agissions toujours avec l’Esprit de Dieu, pour le bien de toutes celles qui ont besoin de notre aide.
Amen.”

Chant: ‘Magnificat’ (Taizé)